L’Alpiniste

couv-lalpiniste-bernard-amy

« Aussi longtemps qu’on a besoin de semelles et de rocher pour escalader, on ne sait rien de cet art. Le véritable grimpeur n’a besoin ni d’artifice, ni même de rocher. »

Les héros de ces histoires escaladent tantôt des dalles lisses comme de la glace, tantôt des abymes. à force de concentration la montagne devient sous leur pas quelque chose d’immatériel, comme un miroir ou une voie vers le ciel. Quant à l’alpiniste, il finit par disparaître en lui-même, se fondant dans l’espace, le vide, voire la nature tout entière. Ouvrir une voie ; reconnaître un chemin ; tutoyer le divin… La montagne s’avère ici une expérience limite, voire mystique.

Dans cette réflexion sur l’effort et le vertige des sommets, Bernard Amy, compagnon de cordée d’Erri de Luca (dans les Dolomites, entre autres), écrivain en même temps qu’alpiniste, évoque aussi les pouvoirs de l’écriture — sa poésie et sa force de transgression, dans un univers voué à la blancheur et au silence, comme une page blanche où l’alpiniste vient tracer ses mots.

Tel un « Borges de la montagne », Bernard Amy s’interroge sur un art sans contrainte, sans limites, où la liberté et la nécessité seules tracent leur chemin. Miniatures fines et paradoxales, ses textes hantent l’imagination, la montagne finissant par devenir invisible et laissant le lecteur seul face à lui-même.

L’Alpiniste
de Bernard Amy,
196 pages – 978291-7084-656 – 15 €

Amy_BernardNé à Beyrouth (Liban) en 1940, Bernard Amy mène à côté de son activité d’ingénieur, depuis une expédition fondatrice au Kurdistan en 1969, une double carrière d’écrivain et d’alpiniste, curieux des expéditions lointaines (Fitz Roy en Patagonie, Atlas marocain, Mont Kétil au Groënland, Gurja Himal en Himalaya…) Il co-fonde la belle  revue « Passage » (1977), afin de parler autrement de l’alpinisme. Il est l’auteur de textes spéculatifs, abstraits, sur la montagne vue comme absolu, presque comme absence, et sur les pouvoirs du silence et de l’effacement. Aux cotés de Sylvain Jouty, Erri de Luca et quelques autres, il fait partie de ces écrivains hantés par les mystères du Mont analogue.

Anaïs Amy, la fille de l’auteur, dessine pour le plaisir et enseigne les lettres à Gérone (Espagne). Elle traduit aussi, depuis l’allemand, des ouvrages de montagne. Elle a vécu en Suisse, en Allemagne et au Royaume-Uni, avant de parvenir en Catalogne, où elle redécouvre les Pyrénées avec bonheur. Plus jeune, elle a accompagné son père au Sinaï lors de l’ascension qui a inspiré à Bernard Amy le texte « L’Échelle de Jacob ».

Prochainement.