◉ Votre message a été envoyé


« J’en ai eu marre de tout ça, marre d’inventer d’autres mondes, marre d’inventer des mondes alternatifs alors que je ne comprenais rien au mien »

Une réflexion sur l’art – et l’impasse – de l’artiste, par un écrivain de la génération Internet autopsiant les dérives du monde contemporain à travers quelques-uns de ses épiphénomènes les plus marquants : Internet, MacDo, le porno… 
Le texte le plus étonnant de ce recueil, Envoyé, imagine le devenir des jeunes femmes qui ont joué pour la première fois dans un porno… et part à leur recherche dans les limbes : « elles ne sont plus de purs êtres humains de chair et d’os, et pourtant pas non plus de pures données transmises sous forme d’images et de sons, elles sont un peu les deux − dans des limbes ». 
McDo est un témoignage sur la mogigraphie (le nom scientifique de la « crampe de l’écrivain ») d’un auteur confronté à un duel psychologique contre la marque McDo… 

Votre message a été envoyé
4 novelas américaines de Joshua Cohen 
978-2-37100-006-3 – 224 pages – 18 € 
Sortie le 19 janvier 2018

 

photo-Cohen-Joshua-Adam-Gong1
Originaire d’Ukraine par son père, de Hongrie par sa mère, Joshua Cohen a reçu une éducation religieuse avant d’étudier la musique (piano et guitare) dans des groupes jazz et punk. À 20 ans, il devient correspondant à Berlin pour des journaux juifs américains comme The Forward – le plus grand et plus ancien journal juif américain, qui publie en anglais, yiddish et russe –, traverse dix pays, vit en Pologne et en République tchèque, et commence à traduire de l’hébreu. De retour à New York en 2006, il est critique littéraire pour The Forward (au poste occupé un temps par I. B. Singer), puis pour le New York Times et Harper’s Magazine, où il succède à Zadie Smith.Souvent comparé à l’avant-garde américaine, Joshua Cohen met en avant ses influences européennes, telles Beckett, Joyce, et surtout les grands noms de la littérature juive (Kafka, Agnon, Celan, Bellow, Brodkey, Moyishe Nadir, et tout près de nous les romanciers Yoram Kaniuk, Yoel Hoffman, et les poètes Dan Pagis et Avot Yeshurun).Une génération après les plantureux romans humoristiques de Roth ou de Bellow, il se définit comme un crypto « poète yiddish », écrivant depuis un « mind-ghetto » (un ghetto mental).Il vient de prolonger sa méditation comico-philosophique sur la vie et la mort avec un roman de 800 pages consacré au dernier Juif sur Terre, Witz. Et son recueil Four new messages est considéré comme le meilleur livre 2012 par le New-Yorker.

La presse