◉ Chaîne

« Alors, des tréfonds de la nuit,
là où semble s’évanouir l’oraison jaculatoire, apparaît un spectre… »

Paris, 1974. Étudiant en droit à Nanterre, Kanaan va d’une histoire d’amour à l’autre. Le jour où il plaque la fac pour rejoindre une troupe de théâtre militant, débutent des errances dans un Paris pauvre et insoupçonné, décrivant la misère et la beauté des rues, des précaires foyers africains.
Magnifique chronique sociale de la vie des immigrés africains dans une France gagnée par le racisme, Chaîne est aussi un cri de rage et de combat. Singulier par sa verve et la puissance de son regard sur la ville et la société, Chaîne s’impose comme un livre prophétique, à la langue débridée dans la lignée d’un Céline et d’un Calaferte : un texte magique sur le thème des origines et de la mort.

Roman français de Saïdou Bokoum
Maquette : atelier Cheeri
Collection Incipit
978-2-37100-046-9 – 376 pages – 20€

 
 

Saïdou Bokoum (Guinéo-Malien né en 1945 à Katibougou, au Mali), diplômé de l’EHESS, est une légende du théâtre africain, qui a créé en Côte d’Ivoire la Compagnie du Phénix, l’une des troupes les plus inventives et les plus couronnées de succès de son temps, ainsi que le Centre d’Animation et de Formation à l’Action Culturelle (CAFAC, devenu INSAC). Ses pièces ont été multi jouées et adaptées (Dépossession a été jouée à Avignon en 1970 et a représenté la Zone Europe au 3e festival des Arts nègres à Lagos en 1977 ; Opération coup de poing, En attendant mon groto, Madame le ministre, Chic choc chèque, Allocodrames). Enseignant-chercheur, il a été professeur de théâtre et de tradition orale à l’université Paris-VIII de 2002 à 2010. Il a reçu le premier « Prix de la critique » remis par les journalistes ivoiriens à un dramaturge metteur en scène et est chevalier du Mérite National ivoirien. Entièrement réécrit depuis sa première édition (Denoël, 1974), Chaîne, qui a frolé le prix Goncourt en 1974, est son premier roman. C’est la première fois qu’un Africain figurait parmi les finalistes du Goncourt.
 
 

 
« Tous les tremblements de l’âme sont présents dans ce livre : l’exil, la solitude, l’amour brut, le sexe comme quête d’une identité brisée. Les cauchemars, les hontes, les hallucinations, les folies et le swing d’une langue en fusion à la fois naïve et abrupte, se croisent et ensorcellent dans ce texte-joyau image d’une époque disparue : le Paris de l’Afrique pauvre des années 70. Un livre aussi puissant que dérangeant. Un livre qui compte. »
Charlotte Desmousseaux, librairie La vie devant soi (Nantes)