◉ Garance rose

 
« Centenaire Bessette – Colloque à Cerisy » : Plus d’informations
 

« Style préfet. Traditionnel. Historique. Non moderne. Non poétique. »

Garance rose est le roman administratif d’Hélène Bessette.

Inspiré d’un épisode de sa vie d’institutrice, confrontée à la médisance d’une partie de la ville et des parents d’élèves, madame de Garance cherche à préserver ses fils et sa réputation en postulant ailleurs. En Algérie. À Paris. Aux États-Unis.

Mais plus elle sollicite, et se soucie de la parole des autres, plus elle est confrontée au silence, au mépris, et à l’anonyme persécution.

Donnant mille nuances et mille voix aux rumeurs, aux on-dit, aux discours qui font et défont les réputations dans le petit monde d’une maîtresse d’école, Hélène Bessette dessine les méandres de la vanité administrative.

Roman rose ? Roman noir ? Roman de Rose ? Roman mouroir ? Grevé d’exeat et de lettres recommandées, de dossiers et de classements, de « confidentiel » et d’« indésirable », Garance Rose est la généalogie d’une cabbale dirigée contre une femme à qui on prête tous les maux, les torts et les vices. C’est le roman choral, d’une femme seule contre la foule, vif, et incandescent.

Roman français d’Hélène Bessette
Couverture de Dominique Bordes
979-10-95244-15-8 — 250 pages — 19€
Sortie septembre 2017

 

 
Hélène Bessette (1918-2000) a publié 13 romans chez Gallimard entre 1953 et 1973, gagné le prix Cazes en 1954, été à deux reprises en lice pour le prix Goncourt et le prix Médicis. Acclamée par plusieurs auteurs et critiques renommés, cette écrivaine majeure reste encore aujourd’hui étrangement peu connue. Ses romans avantgardistes mettent à mal les codes narratifs traditionnels. En plus de son oeuvre romanesque, elle a tenu une série de journaux et d’œuvres autobiographiques dans lesquelles elle analysa ses influences littéraires, de Chandler à la poésie aborigène, et la souffrance causée par l’absence de reconnaissance qui la mena au bord
de la folie.
Cet oubli injustifié fut comblé par l’éditrice et écrivaine Laure Limongi, qui a publié sept romans d’Hélène Bessette aux Éditions Léo Scheer : Le Bonheur de la nuit (2006), MaternA (2007), Suite suisse (2008), Ida ou le Délire (2009), La Tour (2010), Si (2011), N’avez-vous pas froid (2011), tandis que Julien Doussinault lui a consacré une biographie, la première, en 2008.
Le nouvel Attila va publier dans son label Othello l’œuvre intégrale d’Hélène Bessette, qui donne à voir un monde intime, personnel et puissant, à l’image des hommes et des femmes qui y vivent.
 
 

 
« Langues, voix, rumeurs, on-dit, tout le texte travaille sur notre incapacité en tant que lecteur à déterminer qui est en train de nous susurrer à l’oreille tous ces mensonges sur Garance Rose »
Nikola Delescluse, émission Paludes, Radio Campus Lille (20/10/17)