◉ Les Géants


« Les géants ignorent tout de l’orgasme, et n’ont pas de conscience théologique.. »

Et si les géants avaient réellement existé ?

Ce livre raconte la vie, les amours, la gastronomie, la mode et les moeurs sexuelles des géants, comme s’ils avaient été contemporains des chevaliers, et évoluaient là, ici, sous vos yeux.

Nourrie de télescopages burlesque entres la vie des géants et leurs soucis domestiques ou existentiels, cette fiction sans limites allie l’esprit de Queneau à celui de Rabelais. L’auteur tente, non sans excès, d’expliquer les causes de leur disparition… invoquant jusqu’à Darwin, Marx, Keynes, et Linné.

Mais la passion amoureuse l’emporte peu à peu sur la recherche scientifique, et le narrateur néglige peu à peu son sujet pour mieux évoquer une jeune fille tentatrice. Avec l’aide un pseudo professeur illuminé, il finance alors des recherches astrophysiques en espérant que les extraterrestres prendront comme cobayes de leurs futures expériences scientifiques les soupirants de la jeune femme…

Les Géants est aussi un hommage au roman de chevalerie, fondateur de la littérature européene, qui transforme les vieilles chansons de geste en poésie moderne influencée par le merveilleux de la table ronde.

Les Géants (Histoire naturelle)
roman italien
Traduction de Monique Baccelli
978-2-37100-006-3 – 352 pages – 21€
Sortie le 16 mars 2018

 

Ermanno Cavazzoni (né en 1947) enseigne l’esthétique à Bologne. Scénariste (La Voce della Luna, de Fellini, adapté d’un de ses livres Le Poème des lunatiques), et romancier. il a écrit des romans atypiques en forme d’énumérations (Les Idiots, Les Ecrivains inutiles, tous deux publiés chez Attila) ou des romans mondes oniriques (Cirenaica). Membre de l’Oulipo italien, il figure également en compagnie de Gianni Celati parmi les éditeurs des éditions Quodlibet, spécialisées dans le cinéma et la littérature d’Emilie-Romagne.
 
Monique Baccelli n’a cessé, depuis sa thèse sur « Landolfi et les romantiques allemands » sous la direction Mario Fusco, d’enseigner et de promouvoir la traduction. Enseignante au CETL (Centre Européen de Traduction Littéraire) de Bruxelles, elle a traduit Beppe Fenoglio, Camillo Boito, Luciano Bolis, Cristina Campo, Carlo Emilio Gadda, Mario Rigoni Stern et reçu le PRIX SÉVIGNÉ 2008 pour la traduction de la Correspondance générale de Giacomo Leopardi. Ce livre de Cavazzoni est le troisième qu’elle traduit en français après Les Idiots et Les Ecrivains inutiles (Attila, 2010, 2012).
Elle a collaboré à la NRF, Europe, La Quinzaine littéraire, Les Lettres françaises, Sud, Corps écrit, Polyphonies, L’autre, Cahiers pour un temps (Centre Georges Pompidou), Digraphe, Le Nouvel Observateur, Testo a fronte, Nuova Itala, Germanistik, Ecritures et à l’émission Le Panorama sur France Culture.
 
La presse