◉ Nouvelle de rêve

 

« Jamais tu ne m’avais été plus proche. Pourtant je me sentais prête à tout abandonner, toi, l’enfant, notre avenir, pour passer un moment avec lui. »

Un voyage initiatique à travers la jalousie, l’inconscient et les désirs inavouables.

À Berlin, de nos jours, un médecin établi, homme bien sous tous rapports, voit ses repères et certitudes bousculés au cours d’une nuit où il est confronté au désir, à la tentation de l’infidélité, aux récits de rêves érotiques et à une nuit de débauche organisée par une société secrète au cours de laquelle il tombe amoureux d’une femme masquée. À son retour chez lui, il se met à douter de sa femme et de la vie qu’ils ont menée jusque-là.

Cette nouvelle célébrissime, qui a été adaptée au cinéma par Stanley Kubrick dans Eyes Wide Shut, est ici transposée dans la Vienne contemporaine par Jakob Hinrichs, élève prodige de Henning Wagenbreth, qui dessine les corps avec une réelle fantaisie, tout en créant des typographies et en bousculant la mise en page avec un rare plaisir.

Texte d’Arthur Schnitzler
adapté en BD par Jakob Hinrichs
Traduction de Jörg Stickan
Suivi du texte intégral de la nouvelle,
traduite par Pierre Deshusses
Impression en quadrichromie
9782371000094 – 160 pages – 23€

 
 

 

Jakob Hinrichs, élève prodige de Henning Wagenbreth, est dessinateur et graphiste. Il a travaillé pour des journaux du monde entier, dont le New York Times. Il a étudié en Espagne et vit aujourd’hui à Berlin.

> Son site

photo-Schnitzler,_Arthur_425

Arthur Schnitzler (1862-1931) est un écrivain et médecin autrichien. Les patients de son père laryngologue, comédiens et cantatrices, lui donnent très tôt une sensibilité artistique qui le pousse à écrire. Auteur de pièces de théâtre, de nouvelles et de romans, il développe un univers onirique qui lui a souvent valu d’être comparé à son compatriote et contemporain Sigmund Freud.
Avant Kubrick, Schnitzler avait eu l’idée d’adapter sa nouvelle Traumnovelle au cinéma, en avait rédigé un scénario, mais qui ne sortira jamais en salles… c’est cependant avec ce scénario que Kubrick découvre pour la première fois le texte.

 
 

Jörg Stickan est allemand. Ancien élève de la rue Blanche, il commence par traduire du théâtre (Lenz, Wedekind, Eisler, Drach, Jahnn…) Le très remarqué Fuck America est sa première traduction d’un roman. Depuis, il a traduit des nouvelles, du roman et du roman graphique, et partagé avec Sacha Zilberfarb le prix Gérard de Nerval de la SGDL pour ses traductions de l’œuvre d’Edgar Hilsenrath.
Au Nouvel Attila, il a aussi traduit Le Secret de Sainte-Hélène, d’Henning Wagenbreth.
 
 

 
« Le parti pris graphique de Jakob Hinrichs ajoute en étrangeté à la nouvelle de Schnitzler, entre l’univers angoissé de Charles Burns et la folie géométrique de Chris Ware. »
Richard Gaitet, Nova Book Box

« Le sens de la narration de Jakob Hinrichs que nous découvrons, ses découpages et le choix de couleurs très saturées donnent un éclairage inédit et inattendu à cette nouvelle. »
Frédéric Bosser, dBD

« Jouant sur les typos, les formes, la mise en page et les couleurs, l’auteur joue sur le mystère et les non-dits ajoutant du trouble à une histoire pourtant déjà bien déroutante. Un petit bijou graphique. »
Revue Psikopat (n°273)

« Le style graphique audacieux, la narration graphique inventive et les couleurs flashy réinventent le texte de Schnitzler tout en exacerbant ses thématiques de façon fort originale et font de cet album une expérience de lecture déroutante. »
Bandes originales pour bandes dessinées

« Il y a là à un parfum de partouzes qui hésite entre le film X, dans ce qu’il a de plus minable (c’est une volonté de l’auteur) et le film de cul intello genre Pierre Kast. Du jamais vu en BD ! »
Le blog de Bernard Morlino

« Un hommage inattendu à ce texte cruel sur les tentations inavouables d’un couple à bout de souffle s’initiant à la sexualité collective masquée. »
Victor Maas, Chro

« Jakob Hinrichs déplace l’intrigue de la Vienne des années 1920 dans un monde contemporain mais très intemporel, baignant dans une esthétique qui évoque les années 1960. Il relève avec brio ce défi en puisant son inspiration visuelle aussi bien chez des peintres comme George Grosz et Otto Dix que dans les comics de superhéros. »
Books
 
 

 

Pour le lancement de la Nouvelle de rêve de Jakob Hinrichs en novembre 2014, le Nouvel Attila a dessiné une soirée de rêve…
Dans un lieu tenu secret, les invités ont assisté à une sensuelle lecture par le traducteur Jörg Stickan, dévoilé leurs fantasmes dans un confessionnal, dégusté un buffet aux formes suggestives, bu à la fontaine d’absinthe…

Un immense merci aux fées qui ont rendu ce rêve possible : Anna Jacob et Alissia Blanchard pour la splendide scénographie de l’espace (réaménagement des bureaux attilesques), LN Morice pour ses délicieuses mises en bouche, Paolo Jacob pour la bande son orgasmique qui a accueilli le public tout au long de la soirée, Augustin Jacob pour ses photos lumineuses… et toutes les petites mains qui ont participé.